IMATAU

L’Institut Jérôme Lejeune participe en tant que centre investigateur à l’étude ancillaire IMATAU en collaboration avec le Service de Neurologie de la mémoire et du langage de l’Hôpital Sainte-Anne à Paris et le Commissariat à l’Énergie Atomique et aux Énergies Alternatives.

Cette étude s’appuie sur les éléments suivants :

Les adultes porteurs de trisomie 21 ont un risque augmenté de développer une maladie d’Alzheimer. Le but d’IMATAU est d’identifier les paramètres de risque chez des sujets porteurs d’une trisomie 21 qui sont indemnes cliniquement de la maladie d’Alzheimer.

Dans le prolongement d’HORIZON 21, ces informations contribueront à améliorer les connaissances sur les mécanismes de la maladie d’Alzheimer et pourraient permettre de proposer des thérapies dans la maladie d’Alzheimer.

Objectifs

Dans cette optique, IMATAU a trois objectifs :

  • Analyser conjointement la sévérité des dépôts amyloïde, tau et l’atrophie cérébrale dans une population d’adultes porteurs de trisomie 21 indemnes cliniquement de maladie d’Alzheimer.
  • Poser l’hypothèse que l’imagerie TEP-tau permettra de détecter un dépôt protéique tau à un stade préclinique de la maladie d’Alzheimer et que le dépôt protéique sera associé à une atrophie corticale temporale médiane.
  • Puis comparer la distribution régionale des dépôts amyloïde et tau mesurés en TEP et le profil de l’atrophie corticale mesurée en IRM de la population trisomique 21 avec un groupe de témoins apparié selon l’âge et de patients Alzheimer sporadiques jeunes.

Descriptif de l’étude

IMATAU évaluera la quantification et la distribution du marqueur AV- 1451 de la protéine Tau dans la région du cerveau chez les patients trisomiques 21 sans démence par rapport aux sujets sains de même âge,

Dans un deuxième temps, IMATAU analysera les relations du marqueur de la protéine TAU avec les dépôts amyloïdes fibrillaires, un des marqueurs biologiques apparaissant en phase préclinique de la maladie d’Alzheimer.

Enfin, l’évolution quantitative ainsi que la progression régionale de l’accumulation d’AV1451 chez les patients trisomiques 21 seront évaluées deux ans plus tard, par comparaison aux sujets sains de même âge.

Cette étude est coordonnée à l’Institut Lejeune par le Docteur Anne-Sophie Rebillat en collaboration avec Silvia Sacco, chef de recherche en neuropsychologie.

10 patients porteurs de trisomie 21 (confirmés par caryotype) âgés de plus de 18 ans et non déments (selon les critères de l’échelle d’évaluation neurocognitive CAMDEX-DS), seront inclus dans l’étude.

IMATAU débutera en février 2018. La durée prévue de la période des inclusions est de 6 mois environ, auquel s’ajoutent 24 mois de suivi.

Durée totale de l’étude : 2,5 ans.