consultation vieillissement trisomie 21 Institut Lejeune

La consultation "vieillissement"

Pionnière en France, la consultation « vieillissement » de l’Institut Jérôme Lejeune a été ouverte en 2014. Elle associe gériatres, psychiatres, généticiens, neurologues, neuropsychologues.

L’espérance de vie des patients porteurs d’une déficience intellectuelle a en effet considérablement augmenté. On observe aujourd’hui une nouvelle génération de patients âgés, avec des besoins spécifiques de prise en charge. On sait par ailleurs que dans le cas de la trisomie 21, le vieillissement est associé au risque de développer une maladie de type Alzheimer. Ces patients doivent bénéficier régulièrement d’une évaluation cognitive adaptée, en parallèle de la prise en charge des pathologies curables qui doivent être cherchées et traitées.

La consultation gériatrique permet une évaluation et une prise en charge globale de la polypathologie (ex : troubles du sommeil, de la déglutition, dénutrition, épilepsie, chutes, dépression, syndromes douloureux, troubles visuels et auditifs), du niveau d’autonomie, du mode de vie et de l’état cognitif.  Elle implique le patient, les soignants et les aidants et a pour objectif le maintien de la qualité de vie et du bien-être.

Les familles demandent souvent à partir que quel âge doivent-ils présenter leur proche à un gériatre de l’Institut ? Nous conseillons de le faire à partir de l’âge de 35 ans dans le cadre d’une démarche préventive. En effet si bon nombre de nos patients sont protégés contre le risque de vieillissement accéléré, ce n’est pas le cas de tous : des visites régulières à un médecin exercé permettent de repérer les premiers signes de vieillissement et d’adapter la prise en charge.

 

 

3 questions à Anne-Sophie Rebillat, Gériatre à l’Institut Jérôme Lejeune

En 50 ans, l’espérance de vie de nos patients a considérablement augmenté. Or, peu de gériatres connaissent nos patients qui nécessitent une prise en charge spécifique, compte tenu notamment de leur vieillissement précoce et accéléré à partir de 40 ans. Et si l’on ne connait pas bien ces patients, on peut se tromper de diagnostic : passer à côté de quelque chose de grave, ou poser à tort un diagnostic de démence de type Alzheimer alors qu’il s’agit simplement de troubles sensoriels !

La prise en charge et le suivi reposent sur les mêmes outils que la prise en charge gériatrique classique : évaluation cognitive, de l’autonomie, de l’environnement, de la polypathologie, du risque iatrogénique, de l’état nutritionnel. L’objectif est de maintenir la qualité de vie et l’autonomie de ces patients tout en tenant compte de leurs spécificités. Il suffit parfois de quelques gestes médicaux pour récupérer un confort auditif ou visuel, leur redonner une autonomie fortement diminuée et corriger un comportement incompréhensible par l’entourage.

Cette consultation s’appuie d’abord sur l’ensemble du plateau technique de l’Institut et l’expérience clinique développée depuis 50 ans. Mais plus spécifiquement interviennent une généticienne, une gériatre, une spécialiste en médecine générale, un neurologue, une psychiatre et deux neuropsychologues.

Nous venons aussi de mettre en place, en lien avec la consultation mémoire du CHU de Rouen, un questionnaire rapide et simple de dépistage de la maladie d’Alzheimer spécifiquement conçu pour les personnes déficientes intellectuelles. Si besoin, il est complété par une évaluation neuropsychologique. Cet outil a été validé au plan scientifique dans le cadre d’un programme de recherche mené par l’Institut. Nous devons désormais le diffuser largement afin qu’il puisse être utilisé par tous les médecins, en ville ou en établissement.