VACCIN ANTI COVID-19 : RECOMMANDATIONS
(MAJ 28/05)

Depuis le début de cette année quatre  vaccins anti Covid ont été autorisés en France : Pfizer-BioNTech (Cominarty©), Moderna, AstraZeneca (Vaxzevria©) et le vaccin Janssen.

Ils ont montré leur efficacité sur la survenue de formes symptomatiques de la Covid-19 en population générale.

L’objectif principal de la stratégie vaccinale est de limiter les risques de décès ou de survenue d’une forme grave de la Covid-19 (1).

L’enquête internationale menée par la Trisomy 21 Research Society (T21RS) à laquelle l’Institut Jérôme Lejeune participe montre que les personnes porteuses de trisomie 21 présentent un risque plus élevé de forme grave après 40 ans et/ou en présence de certaines comorbidités (en particulier diabète, obésité, maladie d’Alzheimer etc.) (2). Ces résultats sont similaires à ce que nous avons observé parmi la centaine de cas rapportés de Covid-19 chez des patients avec trisomie 21 à l’Institut Lejeune.

Les enfants et adolescents : Depuis le 6 mai, les personnes porteuses de T21 sont prioritaires pour être vaccinées à partir de 16 ans (vaccin Pfizer uniquement) (3) (4). Les études menées jusqu’à aujourd’hui ainsi que nos observations montrent beaucoup moins de formes graves chez les enfants que chez les adultes. Néanmoins, par rapport à la population générale, il semble exister un risque plus important de formes graves chez les adolescents porteurs de T21. Certaines pathologies associées comme l’obésité sont à prendre en compte. 

Par ailleurs, les données d’efficacité et de tolérance disponibles pour le vaccin Pfizer chez les 16-18 ans sont très rassurantes. Ces éléments incitent donc à proposer la vaccination dès 16 ans chez les patients porteurs de T21.

Il est important de rappeler que la protection des enfants (ou toute personne fragile) passe par la vaccination de l’entourage et notamment des parents.

Enfin, nous attendons des données complémentaires pour adapter nos recommandations aux enfants plus jeunes.

Les adultes : il est recommandé de vacciner en priorité les personnes porteuses de T21 de plus de 40 ans et/ou présentant des pathologies à risque (diabète, obésité, maladie d’Alzheimer) en commençant par celles qui présentent un risque accru d’exposition (c’est-à-dire les personnes vivant en institution médicalisée). Le 1er mars dernier, sur notre proposition, la Haute Autorisé de Santé a affiné ses recommandations dans ce sens. (5).

Concernant la tolérance et l’efficacité, il n’y a pas lieu de recommander un vaccin plutôt qu’un autre pour les personnes porteuses de T21, et ce quel que soit leur âge à l’exception du vaccin AstraZeneca et du vaccin Janssen, réservés aux personnes de plus de 55 ans (6) (7). Le vaccin Pfizer est également le seul à avoir une autorisation de mise sur le marché (AMM) à partir de 16 ans (8).

A ce jour, il n’a pas été rapporté d’effets indésirables propres à la trisomie 21. Les contre-indications sont les mêmes que pour la population générale et sont principalement liées à une hypersensibilité à une des substances qui compose le vaccin. La consultation pré vaccinale a pour objectif d’évaluer le bénéfice / risque de la vaccination.

Ces informations devront être réactualisées en fonction de l’évolution des connaissances sur le virus et les vaccins. Votre médecin traitant reste le meilleur interlocuteur pour vous accompagner.