VACCIN ANTI COVID-19 : RECOMMANDATIONS
(MAJ 19/11)

 

Nous observons actuellement une reprise de l’épidémie, avec une augmentation du nombre de contaminations et de la circulation du virus. Nous vous rappelons, dans ce contexte, l’importance de la vaccination et la nécessité de continuer à appliquer les gestes barrières.

Retrouvez ci-dessous nos explications et les recommandations officielles.

Depuis le début de l’année 2021, quatre vaccins anti Covid ont reçu une Autorisation de Mise sur la Marché (AMM) :

        Deux vaccins ARNm : Comirnaty© (Pfizer-BioNTech), Spikevax© (Moderna)

        Deux vaccins à vecteur viral non réplicatif : Vaxzevria© (AstraZeneca) et le vaccin de Janssen.

L’objectif principal est de protéger la population des formes graves. L’efficacité des vaccins a été démontrée et confirmée par des études en vie réelle menées notamment en Israël, en Angleterre, en Ecosse et en France (1). Il s’avère que ces vaccins réduisent également la fréquence des infections asymptomatiques et donc le risque de transmission. Enfin les données sur la tolérance sont rassurantes.  

L’enquête internationale menée par la Trisomy 21 Research Society (T21RS) à laquelle l’Institut Jérôme Lejeune participe montre que les personnes porteuses de trisomie 21 présentent un risque plus élevé de forme grave après 40 ans et/ou en présence de certaines comorbidités (en particulier diabète, obésité, maladie d’Alzheimer etc.) (2). Ces résultats sont similaires à ce que nous avons observé parmi la centaine de cas rapportés de Covid-19 chez des patients avec trisomie 21 à l’Institut Lejeune.

Au début de la campagne vaccinale, il nous a donc semblé important de prioriser les personnes les plus à risque dans cette population spécifique afin de permettre au plus fragile d’avoir accès à la vaccination. La Haute Autorité de Santé (HAS) avait pris en compte notre proposition et affinée ses recommandations.  Les adultes porteurs de trisomie 21 sont aujourd’hui, en grand majorité vaccinés.

Concernant les enfants et les adolescents : Le 6 mai le gouvernement a élargi la vaccination aux plus jeunes. Les 2 vaccins ARNm ont obtenu une extension de leurs indications pour les adolescents à partir de 12 ans. Les personnes porteuses de trisomie 21 font partie des publics prioritaires (3). La vaccination des jeunes dès 12 ans est encouragée compte tenu du bénéfice collectif et, pour certains d’entre eux, d’un bénéfice individuel (4)(5). Nous recommandons notamment que les adolescents porteurs d’une trisomie 21 présentant des comorbidités à risque (obésité en particulier) soient vaccinés en priorité. Si l’adolescent a déjà eu la COVID-19 (antécédent de PCR nasale positive, ou test sérologique rapide –TROD- effectué juste avant la première injection positif), le schéma peut être allégé, avec une seule injection. (Position du Conseil National Professionnel de Pédiatrie sur la vaccination contre la Covid-19 des adolescents, 22/07/2021) (6)

Il est important de rappeler que la protection des enfants (ou toute personne fragile) passe par la vaccination de l’entourage et notamment des parents.

Concernant la 3ème dose : Une grande majorité des adultes porteurs de trisomie 21 a, à ce jour, bénéficié d’un schéma vaccinal complet.

Compte tenu de l’émergence des variants et des résultats d’études récentes suggérant une baisse de l’efficacité des vaccins au cours du temps, la Haute autorité de santé, dans son avis du 24/08, a proposé d’élargir l’administration d’une dose de rappel aux personnes les plus à risque de forme grave  et de décès. Cette 3ème dose est recommandée pour les personnes ayant reçu un schéma avec deux doses (vaccins Pfizer et Moderna), ou monodose  (vaccin Janssen). (7)

Les personnes porteuses de trisomie 21 font partie des publics prioritaires pour cette dose de rappel qui doit être administrée après un délai d’au moins 6 mois suivant la primovaccination complète (ou 1 mois après une dose de Janssen), selon les modalités établies par la Direction Générale de la santé (8)

Sur la base du même rationnel que lors de la mise en place de la campagne de vaccination en début d’année, nous recommandons l’administration d’une 3ème dose en priorité aux personnes porteuses de trisomie 21 de plus de 40 ans et/ou présentant des pathologies à risque (diabète, obésité, maladie d’Alzheimer) en commençant par celles qui résident en institution médicalisée.

Ces informations devront être réactualisées en fonction de l’évolution des connaissances sur le virus et les vaccins.

 Votre médecin traitant reste le meilleur interlocuteur pour vous accompagner. Chaque situation est unique, n’hésitez pas non plus à vous tourner vers votre médecin référent à l’Institut

REFERENCES

(1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8)

Retrouvez les résultats de l’enquête « Covid-19 et trisomie 21 » sur la tolérance des personnes porteuses de trisomie 21 au vaccin anti Covid-19 :

* Enquête européenne en cours depuis mars 2020, conduite par la société de recherche T21RS.